La reprogrammation neuromotrice dans le cadre d’une pubalgie

La pubalgie est une atteinte de la région inguino-pubienne que l’on retrouve assez fréquemment. Elle peut-être complexe en termes de prise en charge de par son aspect multifactoriel et l’éventuelle présence d’une forme combinée.

Afin de faciliter la rééducation de cette pathologie, le professionnel pourra intégrer la méthode Allyane lors de ses séances afin de faciliter et d’accélérer le processus. 

La pubalgie : de quoi parle-t-on ?

La pubalgie est une atteinte de la région inguino-pubienne assez fréquente (4 à 20% des pathologies sportives suivant les données épidémiologiques et publications).

On la retrouve préférentiellement dans les activités physiques avec accélérations et décélérations rapides, actions répétitives à haute vitesse avec pivots et changement de direction comme le football (12 à 16%), hockey, rugby… (Minnich, AJSM, Sport hernia, V39, 6, 2011)

La difficulté de la prise en charge d’une pubalgie est l’aspect plurifactoriel de cette atteinte mais aussi la présence de forme combinée.

En effet, lors de la conférence de consensus de Doha en 2015, a été établi quatre types d’atteintes de la région inguinale :

•         Douleur liée aux adducteurs

•         Douleur en lien avec le pubis

•         Douleur en lien avec la zone inguinale

•         Douleur en lien avec le muscle ilio-psoas.

Toutes ces atteintes peuvent se combiner, il est donc important de bien identifier les structures en souffrance.

Il est également important anatomiquement de considérer la zone comme un ensemble « lombi-pelvo-fémoral », mais aussi le corps dans son ensemble pour analyser les contraintes qui s’exercent dans cette zone.

Muschaweck a décrit biomécaniquement la paroi abdominale comme une matrice de bandes de tensions qui s’attachent sur l’os pubien. La rétraction du rectus abdominus peut entrainer des contraintes sur la symphyse pubienne en direction du haut et en interne.

Le contrôle de la flexion abduction rotation de la cuisse est important aussi et nécessite une coactivation entre la paroi abdominale, les fessiers et les ischiojambiers pour contrôler en permanence la bascule du bassin et la position du rachis lombaire.

La symphyse pubienne est soumise à des forces de cisaillement, compression et torsion pouvant être à l’origine de douleurs.

La prise en charge

Une fois le diagnostic posé, la rééducation se basera sur la rééquilibration de ces forces, le traitement des zones en souffrance et la remise en situation sportive.

Les objectifs seront de corriger les déséquilibres musculaires des stabilisateurs du rachis lombaire, du pelvis et des hanches.

Les exercices de renforcement musculaire du tronc seront alors centrés sur la paroi abdominale, le rachis lombaire et les hanches

Les étirements seront quant à eux focalisés sur les rotateurs de hanche, les adducteurs et les ischios-jambiers.

La méthode Allyane, accélérateur de rééducation

La reprogrammation neuromotrice avec la méthode Allyane a alors toute sa place dans ce type de prise en charge. En effet, il existe beaucoup de facteurs de risque de la pubalgie pouvant être traités par cette démarche :

–          Déséquilibre abducteurs/adducteurs de hanche

–          Travail du transverse de l’abdomen

–          Travail de mobilité de hanche

–          Travail postural

–          Stabilité du bassin

La méthode est fondée sur les bases scientifiques de l’imagerie motrice et du rôle de la proprioception. Elle associe ainsi une forme innovante d’imagerie motrice à des sons de basse fréquence.

Les sons de basse fréquence permettent de moduler l’activité cérébrale en augmentant la production d’ondes alpha. Celles-ci permettent une hypovigilance associée à une hyper-activation du contrôle moteur, assurant également un ancrage durable des modifications motrices créées par l’imagerie motrice.

Par exemple pour une faiblesse des adducteurs, on va travailler sur les sensations proprioceptives de la contraction telles que ressenties par le patient sur la zone atteinte et par différence avec le côté opposé.

Le patient va alors devoir retrouver ces sensations en imagerie mentale.

Le patient est alors placé sous les sons de basses fréquences afin de le placer en hypovigilance et en stimulation de ses aires motrices.

Après la mise en œuvre d’un protocole de relâchement général, on travaille sur les sensations positives de la contraction des adducteurs en se servant du côté opposé, puis le patient va effacer mentalement le mauvais schéma de recrutement du muscle pour le remplacer par les bonnes sensations du membre opposé.

Cette phase de reprogrammation permettra ensuite de retrouver une contraction efficace de ces muscles et ainsi travailler sur la rééquilibration de la stabilité du bassin.

On pourra alors envisager de travailler sur d’autres paramètre de la rééducation de la pubalgie comme le contrôle de la posture en recommençant ce même processus.

Vous êtes professionnel de santé et avez des questions sur la méthode Allyane ? N’hésitez pas à contacter notre équipe par téléphone au 04 28 29 48 14 ou par email sur contact@allyane.com

Vous avez des questions sur les séances Allyane ? Contactez notre secrétaire médicale au 04 28 29 58 10 ou sur contact@allyane.com