Suite d’AVC, hémiplégie, hémiparésie : quelle prise en charge en rééducation

Suite d’AVC, hémiplégie, hémiparésie : quelle prise en charge en rééducation ?

Retrouvez un article rédigé par Anne-Laure Chatain, MKDE et praticienne certifiée Allyane, sur la prise en charge rééducative en suite d’AVC.

L’AVC, quelques rappels

L’accident vasculaire cérébral fait partie des atteintes du système nerveux central (cerveau, tronc cérébral, cervelet, moelle épinière). Il s’agit d’une défaillance de vascularisation d’une zone du cerveau entrainant fréquemment un déficit neurologique. Avec 140 000 nouveaux cas/an en France, il s’agit de la première cause de handicap.

On distingue deux types d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) : les AVC hémorragiques (environ 20%) et les AVC ischémiques (environ 80%).

Les AVC par hémorragie cérébrale sont principalement dus à une rupture d’anévrysme, une malformation artério veineuse (en général sujet jeune) ou une poussée d’hypertension artérielle (sujet en général plus âgé).

Les AVC par ischémie cérébrale ont diverses étiologies : la plus courante est l’athérosclérose/ le thrombus de l’aorte (avec migration du caillot au niveau cérébral), ou de la carotide ou des artères intra cérébrales (cérébrale moyenne ou sylvienne, cérébrale antérieure, cérébrale postérieure, tronc basilaire). L’origine peut également être cardio embolique (arythmie cardiaque, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque), tumorale…

Paralysie ou engourdissement du visage, d’un membre ou d’un côté, troubles de la parole ou de la compréhension, altération brutale de la vision, perte soudaine de l’équilibre, maux de tête brusques et intenses sont des signes évocateurs d’une suspicion d’AVC et nécessitent un appel d’urgence au 15.

L’AVC, quels tableaux cliniques ?

Il existe autant de tableaux cliniques que d’AVC.
La lésion cérébrale entraine une hémiplégie ou hémiparésie controlatérale à l’hémisphère lésé (lésion de l’hémisphère droit : hémiplégie gauche et inversement).

Cette hémiplégie/parésie peut-être parfois transitoire et réversible spontanément (cas des Accidents Ischémiques Transitoires : AIT).
L’atteinte clinique présente une altération sensitive et/ou motrice de tout ou une partie d’un hémicorps. Cela correspond à une paralysie/parésie du ou des membres, qui peut être complétée par une altération du tonus (spécifique de ces atteintes de la voie dite « pyramidale ») : flaccidité/spasticité.
Ces déficiences peuvent avoir un retentissement fonctionnel quotidien sur la marche, l’équilibre, la préhension, la toilette, l’habillage, l’alimentation.
Elles peuvent être associées à des altérations des fonctions cognitives : aphasie (langage et communication : écrit, oral), apraxie (séquence gestuelle), héminégligence, du champ visuel (Hemianopsie Latérale Homonyme par exemple), mnésique (troubles de la mémoire), attention, concentration, fatigue…

L’AVC, quelle rééducation ?

La rééducation après un AVC est souvent lente, longue, et incomplète. Sur le plan cérébral elle se réalise grâce aux mécanismes de plasticité cérébrale (remaniement et réorganisation cérébraux). Les professionnels de la rééducation « orientent » indirectement cette plasticité en stimulant le patient sur le plan moteur, sensoriel et cognitif.

La méthode Allyane est un complément pertinent à la prise en charge rééducative motrice. Pour cela, les sensations proprioceptives du patient sont intégrées en imagerie motrice (forme particulière d’imagerie mentale), couplées à des sons de basses fréquences. Ces sons spécifiques générés par un dispositif médical vont accroître l’émission d’ondes cérébrales alpha permettant d’hyperactiver les aires motrices. Par ce biais, c’est l’image du geste que l’on cherche à corriger ou à recréer.

Vous avez des questions sur la prise en charge Allyane ? Notre secrétaire médicale est à votre disposition au 04 28 29 48 10 ou écrivez-nous sur contact@allyane.com

Retrouvez ici les témoignages des patients ayant suivi une séance Allyane.