Jean-Baptiste Grange en séance Allyane

Jean-Baptiste Grange en séance Allyane «Les résultats étaient vraiment flagrants.»

Jean-Baptiste Grange, skieur alpin et champion du monde de slalom, a bénéficié de deux séances Allyane. Il témoigne ci-dessous de sa découverte de la méthode, des résultats observés suite à son opération du ligament croisé antérieur (LCA) ainsi que des opportunités que la méthode Allyane peut apporter à sa pratique du ski et autres activités.

Quelles étaient vos attentes et comment perceviez-vous le fait de faire une séance Allyane ?

Pour tout vous dire, je n’étais pas forcément très au courant de ce procédé. Je ne savais pas qu’il y avait un protocole et une machine qui existaient.

C’est vrai que j’ai 15 ans de carrière derrière moi, et que j’utilisais déjà certaines techniques de visualisation, notamment le fait de retranscrire un geste, de l’imaginer,… Donc j’étais un peu sensibilisé. Cela dit, le fait d’avoir un outil et une méthode permet de vraiment structurer cette imagination. C’est donc plus simple à mettre en place parce que jusque là c’était vraiment dans ma tête que j’utilisais la visualisation.

Donc, pour vous répondre, je ne connaissais pas et c’est nos préparateurs physiques qui étaient sensibilisés à cette méthode et qui ont voulu que l’on essaye.

Quel a été votre ressenti après la première séance ?

Moi c’est vraiment particulier parce que je reviens d’une blessure au genou, plus précisément d’une opération du LCA, ce qui est une lourde opération. C’est très long de retrouver toutes nos facultés.

Il est vrai que parfois on ne s’imagine pas que notre cerveau puisse influer à ce point sur les résultats, et que sur des choses très simples comme le fessier ou l’ischio j’ai vraiment pu constater une grosse différence. Surtout, j’ai réussi à utiliser correctement mon muscle. Donc oui, les résultats étaient vraiment flagrants.

Sur le deuxième exercice de bondissement il y avait beaucoup plus de choses, c’était un geste beaucoup plus complexe avec un travail de pied, de genou, de mollet et de la cuisse, c’était un peu plus difficile pour moi et je pense que j’étais encore trop loin de pouvoir le faire. Le cerveau ne peut pas non plus du jour au lendemain te faire bondir, il ne peut pas faire de miracles.

Pourquoi avoir souhaité faire une seconde séance ?

Pour voir un petit peu les évolutions sur le deuxième exercice de bondissement aujourd’hui, car j’ai retrouvé beaucoup plus de facultés. Je voulais voir si j’étais capable d’obtenir une amélioration comme j’en avais vu une sur le simple exercice de l’ischio et du fessier.

Et puis c’était plutôt intéressant parce que sur un exercice plus complexe j’ai vu aussi que je pouvais faire évoluer les choses plus rapidement.

À l’issue de la séance d’aujourd’hui quels sont les ressentis et les résultats obtenus ?

Les résultats sont satisfaisants. Je pense que de toute façon les images parlent d’elles mêmes.

C’est intéressant même pour pouvoir l’utiliser dans d’autres situations. Là j’ai repris le ski donc je vais pouvoir l’utiliser sur des gestes de ski, je pense que ça peut être vraiment utile.

Vous souhaitez en savoir plus sur la méthode Allyane, contactez nous au 04 28 29 58 10 ou à l’adresse contact@allyane.com.